Réseaux et coordination en santé : appel à articles

Dossier thématique coordonné par Coralie Gandré et Magali Coldefy, Institut de recherche et documentation en économie de la santé, Laurent Beauguitte, UMR Géographie-cités, Centre national de la recherche scientifique et Sébastien Fleuret, UMR ESO, Université d’Angers.

Argumentaire

La coordination est régulièrement définie comme le besoin de garantir la cohérence d’un ensemble de tâches complémentaires dans un objectif d’efficacité qui nécessite la conception et la mise en œuvre successive des conditions de cette coordination (Bloch & Hénaut, 2014). Dans le champ de la santé, elle correspond à l’organisation et l’articulation délibérée de la prise en charge des usagers entre les différents acteurs de cette prise en charge (mais aussi en leur sein), qu’ils soient issus du secteur sanitaire, social ou médico-social, pour faciliter une délivrance optimale des interventions de soins, de services et d’aide. Elle vise ainsi à créer des liens entre les acteurs et optimiser leurs compétences afin de garantir la qualité, la continuité et la permanence des prises en charge (Bartoli & Gozlan, 2014; Bloch & Hénaut, 2014; McDonald et al., 2007). La coordination en santé est donc associée à des enjeux significatifs qui s’intensifient avec l’augmentation du nombre de personnes nécessitant des prises en charge diversifiées et au long cours, telles que les personnes suivies pour des maladies chroniques, les personnes âgées en perte d’autonomie ou les personnes en situation de handicap, ainsi qu’avec la modification des pratiques professionnelles (dont les transferts de compétences et les délégations de tâches). La mise en cohérence des actions des différents acteurs impliqués reste insuffisante avec en particulier un développement des secteurs sanitaire, social ou médico-social qui a été initialement réalisé de manière fortement cloisonnée. La coordination en santé se révèle donc à la fois comme un manque, perçu – parfois différemment – par les usagers et les professionnels,  et comme une solution qui est invoquée comme l’un des objectifs majeurs des récentes réformes du système de santé dans de nombreux pays (Bloch & Hénaut, 2014; Robelet, Serré, & Bourgueil, 2005).

Ces réformes visent en particulier à soutenir l’optimisation des parcours de prise en charge ou la lutte contre les déserts médicaux avec l’émergence de nouvelles pratiques professionnelles. L’émergence et le développement des réseaux d’acteurs des prises en charge sanitaire et/ou sociale et/ou médico-sociale ont notamment été encouragés par les pouvoirs publics et constituent une réponse aux cloisonnements du système de santé et un levier pour faire évoluer l’offre de soins et de services à destination des usagers et professionnels concernés (Acef, 2008; Bourret, 2008). Ces réseaux, qui font de la fonction de coordination la spécificité de leur prise en charge, se construisent autour des interactions entre les différents acteurs, à la fois humains et techniques (système d’information et dossiers médicaux informatisés) (Bourret, 2008; Robelet et al., 2005) et généralement en fonction de facteurs territoriaux (Acef, 2008). Il existe des réseaux formels tels que les modèles de soins intégrés qui émergent à travers le monde (Organisation mondiale de la santé, 2016), les « accountable care organisations » (ACO) aux États-Unis, organisations sous contrat avec des financeurs publics ou privés qui coordonnent plusieurs producteurs de soins intervenant dans différents secteurs (Mousquès & Lenormand, 2017), ou les réseaux de santé spécifiquement financés par les pouvoirs publics français (Ministère de la santé, 2016). Il existe par ailleurs des réseaux plus informels d’échanges d’information et de communication entre acteurs prenant en charge les mêmes usagers (Mizrahi & Mizrahi, 2012).

Afin de répondre aux nouvelles questions de recherche qui se posent donc désormais sur les réseaux et la coordination en santé, notamment liées à la diversité des pratiques développées dans ce champ, à l’analyse de leur portée et de leur impact et à l’identification des conditions du succès de leur développement, de nouvelles approches sont nécessaires.

La théorie des graphes, mobilisée pour étudier des phénomènes relationnels, apparait comme l’une d’entre elles. Elle s’est progressivement développée dans des champs disciplinaires variés allant des sciences sociales aux sciences formelles. La récente mise à disposition, auprès des chercheurs, de grandes bases de données médico-administratives, tel que le Système national des données de santé (SNDS), se prête particulièrement au développement de ce type de méthodes. Des travaux de recherche innovants ont ainsi démontré la faisabilité de l’utilisation de l’analyse de réseau sur ce type de données pour identifier et caractériser les réseaux de coordination – formels ou informels – entre professionnels de santé (Barnett, Landon, O’Malley, Keating, & Christakis, 2011; Landon et al., 2012, 2013, 2013; Stukel et al., 2013) et même pour étudier le lien entre leurs caractéristiques structurelles et les résultats cliniques des patients (Barnett et al., 2012; Kiran, Glazier, Campitelli, Calzavara, & Stukel, 2016; Landon et al., 2018; Rahman et al., 2018).

Des approches plus sociologiques de l’analyse de réseau, reposant notamment sur des données d’enquête et s’inscrivant dans des cadres conceptuels inspirés de la sociologie du travail, des organisations et des réseaux (Bergeron & Castel, 2010; Lazega, 2001; Pinell, 2005), peuvent également être mobilisées pour mieux documenter les mécanismes de coordination en santé.

Outre ces deux courants, d’autres approches sont possibles, néanmoins la publication de recherches s’intéressant aux réseaux dans le cadre de l’étude de la coordination en santé reste encore limitée à l’heure actuelle.

Le présent appel à articles vise donc à soutenir la diffusion des résultats, mêmes préliminaires, de ces travaux quel que soit leur lieu d’application (pays francophones ou non) et les disciplines mobilisées (géographie, santé publique, sociologie, biostatistiques, etc.). Les textes attendus peuvent être reliés directement aux thèmes évoqués précédemment – un intérêt particulier sera notamment porté aux travaux mobilisant spécifiquement l’analyse de réseau –, ou proposer une approche novatrice dans le domaine des réseaux et de la coordination en santé. Les méthodologies pluridisciplinaires sont par ailleurs particulièrement bienvenues.

Coralie Gandré, Magali Coldefy, Laurent Beauguitte et Sébastien Fleuret.

Soumettre un article :

Les propositions d’articles sont à envoyer avant le 31/05/2019 (1 500 signes espaces compris maximum).

Les articles complets sont attendus avant le 01/09/2019.

Pour les articles complets, les consignes aux auteurs sont consultables à cette URL: http://rfst.hypotheses.org/soumettre-un-article.

La publication du dossier thématique est prévue pour le premier trimestre 2020.

Pour soumettre vos propositions, ou pour toute question, veuillez utiliser cette adresse : gandre@irdes.fr

Bibliographie

Acef, S. (2008). Réseaux de santé et territoires. Informations sociales, n° 147(3), 72‑81.

Barnett, M. L., Christakis, N. A., O’Malley, J., Onnela, J.-P., Keating, N. L., & Landon, B. E. (2012). Physician patient-sharing networks and the cost and intensity of care in US hospitals. Medical Care, 50(2), 152‑160. https://doi.org/10.1097/MLR.0b013e31822dcef7

Barnett, M. L., Landon, B. E., O’Malley, A. J., Keating, N. L., & Christakis, N. A. (2011). Mapping physician networks with self-reported and administrative data. Health Services Research, 46(5), 1592‑1609. https://doi.org/10.1111/j.1475-6773.2011.01262.x

Bartoli, A., & Gozlan, G. (2014). Vers de nouvelles formes hybrides de coordination en santé mentale : entre conformité et innovation. Management Avenir, N° 68(2), 112‑133.

Bergeron, H., & Castel, P. (2010). Captation, appariement, réseau : une logique professionnelle d’organisation des soins. Sociologie du Travail, 52(4), 441‑460. https://doi.org/10.1016/j.soctra.2010.09.001

Bloch, M.-A., & Hénaut, L. (2014). Coordination et parcours. La dynamique du monde sanitaire, social et médico-social. (Dunod).

Bourret, C. (2008). Les réseaux de santé ou la rencontre de la santé et des TIC pour décloisonner le système de santé français. tic&société, (Vol. 2, n° 1). https://doi.org/10.4000/ticetsociete.396

Kiran, T., Glazier, R. H., Campitelli, M. A., Calzavara, A., & Stukel, T. A. (2016). Relation between primary care physician supply and diabetes care and outcomes: a cross-sectional study. CMAJ Open, 4(1), E80-87. https://doi.org/10.9778/cmajo.20150065

Landon, B. E., Keating, N. L., Barnett, M. L., Onnela, J.-P., Paul, S., O’Malley, A. J., … Christakis, N. A. (2012). Variation in Patient-Sharing Networks of Physicians Across the United States. JAMA : the journal of the American Medical Association, 308(3), 265‑273. https://doi.org/10.1001/jama.2012.7615

Landon, B. E., Keating, N. L., Onnela, J.-P., Zaslavsky, A. M., Christakis, N. A., & O’Malley, A. J. (2018). Patient-Sharing Networks of Physicians and Health Care Utilization and Spending Among Medicare Beneficiaries. JAMA Internal Medicine, 178(1), 66‑73. https://doi.org/10.1001/jamainternmed.2017.5034

Landon, B. E., Onnela, J.-P., Keating, N. L., Barnett, M. L., Paul, S., O’Malley, A. J., … Christakis, N. A. (2013). Using administrative data to identify naturally occurring networks of physicians. Medical Care, 51(8), 715‑721. https://doi.org/10.1097/MLR.0b013e3182977991

Lazega, E. (2001). The collegial phenomenon: the social mechanisms of cooperation among peers in a corporate law partnership. Oxford: Oxford University Press.

McDonald, K. M., Sundaram, V., Bravata, D. M., Lewis, R., Lin, N., Kraft, S. A., … Owens, D. K. (2007). Definitions of Care Coordination and Related Terms. Agency for Healthcare Research and Quality (US). Consulté à l’adresse https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK44012/

Ministère de la santé. (2016). Les réseaux de santé. Consulté 6 mars 2019, à l’adresse https://solidarites-sante.gouv.fr/systeme-de-sante-et-medico-social/structures-de-soins/article/les-reseaux-de-sante

Mizrahi, A., & Mizrahi, A. (2012). Quelles informations sur les réseaux formels et informels en santé ? Arguments socio-économiques pour la santé, 1‑6.

Mousquès, J., & Lenormand, M.-C. (2017). L’expérience américaine des Accountable care organizations : des enseignements pour la France ? Questions d’économie de la santé, (227), 1‑8.

Organisation mondiale de la santé. (2016). Integrated care models: an overview. Consulté à l’adresse http://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0005/322475/Integrated-care-models-overview.pdf

Pinell, P. (2005). Champ médical et processus de spécialisation. Actes de la recherche en sciences sociales, n° 156157(1), 4‑36.

Rahman, F., Guan, J., Glazier, R. H., Brown, A., Bierman, A. S., Croxford, R., & Stukel, T. A. (2018). Association between quality domains and health care spending across physician networks. PloS One, 13(4), e0195222. https://doi.org/10.1371/journal.pone.0195222

Robelet, M., Serré, M., & Bourgueil, Y. (2005). La coordination dans les réseaux de santé : entre logiques gestionnaires et dynamiques professionnelles. Revue francaise des affaires sociales, (1), 231‑260.

Stukel, T. A., Glazier, R. H., Schultz, S. E., Guan, J., Zagorski, B. M., Gozdyra, P., & Henry, D. A. (2013). Multispecialty physician networks in Ontario. Open Medicine: A Peer-Reviewed, Independent, Open-Access Journal, 7(2), e40-55.