Pandémie, crises et perspectives : lectures territoriales de la CoViD19

 Appel à contribution dossier thématique spécial CoViD-19 coordonné par Sophie Baudet-Michel, Emmanuel Eliot, Yohan Fayet et Sébastien Fleuret

L’agent pathogène émergent responsable de l’épidémie de COVID-19 a été notifié dans la région de Wuhan (Chine) en décembre 2019 et s’est diffusé en moins de trois mois à l’ensemble de la planète. Son apparition a conduit au confinement de la moitié de la population mondiale dans le but de limiter son expansion et de réduire les effets sur les systèmes de soins. Cette pandémie comporte bien des dimensions géographiques 1) dans les modalités de sa propagation (dans un monde globalisé), comme indirectement, 2) dans les modalités de gestion de cette crise (économiques, sociales, géopolitiques, etc.) et  3) dans les politiques territoriales différenciées mises en place à toutes les étapes (avant, pendant et après les confinements, par exemple). La recherche biomédicale s’est rapidement mise en ordre de marche pour faire face aux enjeux sanitaires imposées par cette pandémie mais il y aura, dans les prochains mois, à n’en pas douter, besoin d’éclairages issus de différentes disciplines portant un regard territorialisé sur cette pandémie et ses conséquences.
Le texte ci-dessous constitue une proposition non exhaustive d’entrées pour lesquelles la RFST est en attente d’articles à travers cet appel à contributions :

CoViD 19 : Les enjeux méthodologiques de l’analyse des données

La pandémie de COVID-19 met en lumière un certain nombre de difficultés concernant la mesure de la contagion. Les données mobilisées peuvent présenter  1) des modes de mesure différents (mortalité, tests…), 2) des conditions de recueil des données variables selon les pays ou les régions du monde avec des « granularités et découpages »  différents 3) des qualités variables dans le temps (liés aux types de tests, recueils arrêtés/maintenus au cours du temps..).

– Dans ce contexte, quelles sources et données peuvent être utilisées pour comparer ou évaluer les conséquences de la pandémie? A quelles(s) échelle(s) travailler pour quelle(s) analyse(s)? Quelles méthodologies mettre en place pour pallier les carences ou les absences de données? Quelles sources complémentaires, d’observation ou originales ont pu être mis en œuvre (bases collectives, blogs scientifiques, plateformes partagées, enquêtes en ligne, données qualitatives, etc.)? Comment continuer à faire du terrain durant le confinement ?

– Quels effets induits peuvent avoir ce type de données et d’analyses auprès de publics anxieux, incertains et avides de projections et de réponses politiques rapides? Quelles problèmes/enjeux du point de vue des données peuvent être mis en lumière du point de vue des risques de surveillance ou de contrôle accru des populations?

– Les systèmes d’information géographique ou la modélisation / simulation de la dynamique spatiale peuvent-ils apporter des contributions ?

-Comment ces outils et méthodes sont-ils utilisés dans la mise en œuvre d’une politique différenciée et territorialisée de gestion de crise ? Que dit-elle du lien entre chercheurs et décideurs ?

CoViD 19 : Facteurs d’émergence et de diffusion de la pandémie

La pandémie de COVID-19 permet de questionner les modalités et les conditions de l’apparition des maladies émergentes. Le sujet n’est pas nouveau et il existe de nombreux travaux dans ce domaine. La spécificité de la pandémie actuelle réside à la fois dans la rapidité de sa propagation mondiale et dans les mesures de confinement prises par la plupart des Etats pour lutter contre sa propagation.

– Comment ces spécificités de la Covid 19 conduisent-elles à ré-interroger les savoirs pré-existants? En quoi les connaissances actuelles sur le virus permettent-elles de mieux comprendre le rôle des changements environnementaux et leurs conséquences sur les aménagements dans les possibilités d’apparition de virus émergents (dont les zoonoses) ? Dans quelle mesure la comparaison ou l’analyse d’autres pandémies récentes ou anciennes   permet-elle d’apporter une compréhension de la situation actuelle?

– La rapidité de la diffusion à l’échelle mondiale interroge aussi les processus et les espaces touchés. Si l’épidémie semble avoir privilégié dans un premiers temps la circulation au travers des canaux des espaces globalisés, peut-on apporter des précisions quant aux caractéristiques des lieux et espaces touchés ainsi que sur les modalités régionales et locales de la diffusion? Des différences  entre pays, régions, et lieux  sont observables? La pandémie met en lumière des variations directement en termes de contamination, de mortalité. Quels sont les facteurs explicatifs de ces variations ?

CoViD 19 : Enjeux sociaux et spatiaux de la gestion de la pandémie

L’ampleur et la brutalité de la pandémie ont conduit à la mise en place de mesures exceptionnelles afin de limiter sa propagation. D’une part, le confinement et l’ensemble des mesures de distanciation sociale constituent une expérience inédite dont les effets en population générale sont encore peu évalués.

– Comment le confinement a-t-il été mis en pratique en France et à l’étranger? Quelles sont les disparités socio-territoriales dans les conditions de vie en confinement (notamment difficulté ou non à se confiner)? Quelles sont les conséquences du confinement selon le degré de vulnérabilité des populations (sans abris, migrants, personnes âgées, populations défavorisées) sur les inégalités socio-territoriales de santé?

– La brutalité de la pandémie questionne aussi la transformation des systèmes de soins à travers les difficultés / carences mises en lumière mais également par ce qu’elle donne à voir en matière de coopération et de nouveautés. Ces transformations s’observent également dans les pratiques des populations en termes d’accès aux soins (quels changements, refus, renoncements, adaptations…) et à plusieurs échelles  (organisation locale des soins, chaîne globalisée d’approvisionnement). Au-delà des polémiques, la brutalité de la pandémie de Covid-19 ne réinterroge-t-elle pas les évolutions récentes des systèmes de soins et leurs impacts sur les capacités différenciées à répondre à l’urgence? Comment les systèmes de santé se sont-ils adaptés à cette nouvelle donne? Par exemple, quel rôle pour les autorités locales et régionales dans la gestion de la crise? Quelle est la gestion sanitaire de l’épidémie dans les autres pays, notamment ceux s’appuyant sur des systèmes de soins très décentralisés ou encore dans les pays en développement? Quels sont les rôles des acteurs privés, des Organisations Non Gouvernementales ou encore des systèmes de soins communautaires dans le soutien et les réponses apportés aux populations ?

– Enfin, face à la mortalité engendrée par cette pandémie, des textes sur le rapport à la mort et aux rites de fin de vie peuvent apporter une contribution originale.

CoViD 19 : Frontières, mobilités, mondialisation : aspects géopolitiques de la pandémie.

– En tant que virus émergent, la COVID-19 contribue à mettre en valeur les fractures, tensions et risques du monde contemporain. Quelles divergences/ proximités, modes ou absences de coopérations, rapports de force  la pandémie révèle-t-elle entre différents acteurs : entre Etats, entre ces derniers et l’Organisation Mondiale de la Santé, entre les bailleurs de fond internationaux, entre les fondations ou les ONGs internationales?

– Comment la propagation de la Covid-19 interroge-t-elle la réalité des frontières, les relations transfrontalières à des échelles locales ou globales ? En quoi les prises de décision de fermeture de frontière, de contrôle des déplacements ou de confinement marquent-elles la résurgence de contraintes spatiales par exemple dans l’espace Schengen où les frontières avaient été abolies?

– Comment les enjeux de la pandémie s’articuleront-ils (ou pas) avec les enjeux environnementaux à moyen et long termes (dérèglement climatique, limitation des émissions de gaz à effet de serre, biodiversité, …) ?

– Dans une autre perspective, celle de la chaîne d’approvisionnement médicale, comment la pandémie remet-elle en cause les spécialisations économiques et l’abandon de la production de matériels de soins qui s’avèrent stratégiques (tests, masques, médicaments…) au moment de la crise ? Quels acteurs géopolitiques et intermédiaires pivots la crise a-t-elle reflété? Enfin, la pandémie fait resurgir des peurs et des représentations souvent communes aux épidémies : complotisme, boucs-émissaires, territoires perçus des risques? En quoi la COVID-19 réinterprète-t-elle les antagonismes des sociétés?  Comment les espaces et leurs populations sont-elles perçues, représentées et éventuellement stigmatisées?  En somme, la variété des représentations de la maladie, la circulation d’informations (ou leur rétention -supposée ou avérée-), la diversité des réponses apportées à travers le monde, les luttes d’influence en politique internationale, ouvrent-ils sur une nouvelle géopolitique mondiale, notamment géosanitaire.

___________________________________________________________________

Les textes attendus dans le cadre de cet appel pourront être de formats variables : articles longs (études de cas, revues de littérature, note de synthèse analyse de données, etc.), courts (positions de recherche, analyses critiques argumentées) ou encore working ou data papers.

La revue publie en Français en accompagnant obligatoirement chaque texte d’un résumé long (800 à 1000 mots) décrivant la méthode et les résultats et comprenant une illustration également en anglais. Étant donné le caractère très particulier de la crise de la COVID-19, nous accepterons les textes dans les langues suivantes : anglais, espagnol et allemand et nous les traduirons avant publication en français.

Nous attendons pour le 12 juin une déclaration d’intention de 600 mots présentant la problématique, les méthodes et les résultats attendus. À l’issue de cette première échéance, nous procéderons à un appel à textes en deux temps : les textes nécessitant une publication rapide pourront être collectés durant les mois de juillet et août, les autres textes seront attendus pour le mois d’octobre. Les textes seront évalués en double aveugle conformément aux standards de la revue.

Envoyez vos textes à contact.rfst@gmail.com