CURTIS Sarah, LEARMONTH Alyson

 

La décentralisation va-t-elle améliorer la santé et réduire les inégalités de santé au Royaume-Uni ?

06/06/2017

La Commission de l’OMS sur les déterminants sociaux de la santé de 2008 a identifié trois objectifs prioritaires au niveau mondial : améliorer les conditions de vie quotidienne ; lutter contre les inégalités dans la répartition du pouvoir, de l’argent et des ressources et mesurer le problème, l’analyser et évaluer l’efficacité de l’action.

Dans cet article, les auteurs proposent d’étudier si, au Royaume Uni, la dévolution (le processus par lequel la pouvoir politique est cédé aux régions) et la décentralisation (la gestion locale des fonctions administratives du niveau national à l’échelon local) peuvent faire évoluer les politiques sanitaires dans le sens proposé par  l’OMS.

En 1948, le Royaume-Uni créa un système de santé universel appelé « National Health Service » (NHS), financé par l’impôt et le gouvernement central et non par des assurances privées. L’un des fondements du NHS est que les patients doivent être soignés selon leurs besoins, indépendamment de leurs revenus, de leur groupe social ou de leur lieu de résidence .La décentralisation de ce système de santé s’est opérée en plusieurs phases mais depuis l’an 2000 et surtout depuis 2010, l’administration nationale du NHS a été de plus en plus transférée aux différents pays composant le Royaume-Uni. L’Écosse, le Pays de Galles, l’Angleterre et l’Irlande du Nord ont ainsi adopté des structures administratives et territoriales différentes pour le NHS. En Angleterre, la gestion des services de santé a fait l’objet localement d’une dévolution et d’une décentralisation renforcées. A cet égard, le “Greater Manchester Combined Authority (GMCA)“ (un organisme élu et responsable de la gouvernance d’une des plus grandes agglomérations urbaines d’Angleterre) à négocié avec le gouvernement central un nouveau modèle de dévolution. Depuis 2016, l’ensemble du système social et sanitaire est contrôlé par l’organisme et piloté par un conseil de représentants de la GMCA.

Ces évolutions révèlent donc un système très complexe et dynamique associé à la  décentralisation et la dévolution des pouvoirs et responsabilités dans le domaine de la santé. Dans certaines parties du Royaume-Uni, il se traduit par des changements importants au niveau de la politique et de la planification de la santé publique, soulevant des questions intéressantes pour les géographes de la santé. Nous présenterons ici une discussion sur l’importance de la décentralisation pour la santé publique et la planification territoriale.

Les analyses de la décentralisation et de la dévolution vont au-delà des aspects administratifs et politiques et soulèvent la question de la géographie et de l’égalité des soins au sens large. Certains des objectifs de la décentralisation et de la dévolution visent d’une part, à encourager et favoriser l’implication et l’influence du public sur l’offre de soins et d’autre part, à faciliter la prise de décisions avec d’autres secteurs importants pour la santé au niveau local. La discussion suggère toutefois que si ces hypothèses sont vraies, ces changements ne contribuent pas forcément à améliorer la santé de l’ensemble de la population et à réduire les inégalités. Il semble que le rôle du gouvernement central reste nécessaire pour superviser ces transformations.

Accéder au texte : Curtis_Learmonth_rfst_2017

_________________________

Will decentralisation improve health and reduce inequalities of health in the United Kingdom?

Abstract :

The WHO commission on social determinants of health in 2008 prioritised three objectives at the global scale: to improve daily living conditions; to combat inequalities in the distribution of power, finance and other resources and to evaluate the extent of inequalities and the effectiveness of intervention to tackle inequality.  In this paper we consider whether in the United Kingdom, devolution (the process by which political power is passed from central government to the regional level) and decentralisation (transfer of the management of administrative functions to the local level) may influence the progress of development of public health in the ways proposed by WHO.

In 1948, the UK created a universal health care system, the National Health Service (NHS), financed by central taxation revenues, and not by individual health insurance.  It gives citizens and others resident in the UK rights of access to a comprehensive system of care. One of the founding principles of the NHS is that patients should receive care in proportion to their needs, independent of their financial means, their social group or the part of the UK where they live.

The health system has been subject to several phases of decentralisation.  Since 2000, and particularly since 2010, the national administration of the NHS has become more devolved to the different countries that make up the UK.  Thus Scotland, Wales, England and Northern Ireland have adopted somewhat different administrative and geographical structures for the NHS.  In England, responsibility for some aspects of the health care system have undergone more complete devolution and decentralisation, notably in Greater Manchester Combined Authority (an elected body responsible for governance of one of the largest urban agglomerations in England) negotiated with central government a new model of devolution.  Since April 2016, the whole health and social care system is controlled by GMCA and overseen by the elected counsellors of the region.

Thus we see a very complex and dynamic process of decentralisation and devolution in the administrative and political geography of the health care system, which raises wider questions regarding geography and inequality of health care. Some of the aims of decentralisation and devolution are based on the idea that they will encourage greater public participation and influence over health care provision at the local level and improve local coordination with other service sectors whose functions are likely to influence health determinants. However, our review of the research literature and observations of experience to date concerning decentralisation in the UK suggest that, even if this is the case, the results do not necessarily contribute to action to improve health for all and reduce health inequalities.  This suggests that there remains and important role for central government to oversee these issues across the country.  Our paper presents some examples of the action taken at the central level to address these issues and publish guidelines for local action, but we conclude that it remains to be seen whether these national recommendations will be consistently applied at regional level by devolved administrations such as that in Greater Manchester.

Full text : Curtis_Learmonth_rfst_2017