RFST

La revue francophone sur la santé et les territoires est un espace de publication interdisciplinaire ouvert aux travaux scientifiques portant sur la dimension spatiale de la santé et, inversement, sur la dimension « santé » des territoires. Les articles publiés sont soumis à un processus d’évaluation par des relecteurs anonymes et à un arbitrage du comité éditorial composé de scientifiques reconnus des sciences sociales de la santé. Les textes sont publiés en Français, accompagnés d’un résumé long (800 à 1000 mots) en anglais. La revue abrite des numéros thématiques coordonnés par des chercheurs et enseignants-chercheurs et une rubrique « ateliers et séminaires » dans laquelle peuvent être publié des comptes rendus de conférences ou de journées de rencontres avec un processus de validation avant publication assoupli (simple avis du comité de rédaction) et un format de texte réduit (voir les consignes aux auteurs).

Décentralisation et territorialisation sanitaire

Appel à articles Dossier thématique

Dans un très grand nombre de pays du monde, la montée en puissance du « local » comme espace d’action constitue un des axes clés des réformes des systèmes de santé conduites depuis le début des années 1990. Considérée comme étant un levier pour renforcer l’efficacité, l’efficience et la performance des systèmes, elle a été généralement associée 1) à un transfert de compétences, de responsabilités et de fonctions à des collectivités locales ou à des services déconcentrés de l’Etat 2) à une contractualisation entre acteurs (publics, privés, associatifs…).

Ces réformes contribuent à faire évoluer les espaces sanitaires et à complexifier les actions. Premièrement, elles produisent de nouveaux découpages qui nécessitent de penser leurs articulations avec d’autres limites et espaces d’action des institutions et des acteurs sanitaires. Deuxièmement, les réformes, et les nouveaux modes de gouvernance qu’elles produisent, se font (de manière plus ou moins articulée) dans un contexte de redéfinition des territoires et des espaces d’action qui peuvent relever d’autres champs de l’action publique. Ces réformes peuvent ainsi conduire à des décalages, voire des résistances, de la part des populations, organismes ou institutions. Elles peuvent également être perçues (à tort ou à raison) comme un désengagement des Etats en lien avec une réduction des moyens alloués.

Les articulations entre échelles spatiales et organisationnelles de la décentralisation, entre les organisations produites par les institutions et les espaces de soins des usagers mais également la répartition des moyens sont donc au cœur des enjeux de ces réformes. Dans cette perspective, la compréhension des formes de territorialisation produites par ces réformes ne peut se limiter à l’étude de l’action des institutions ou des collectivités dans un périmètre mais elle doit aussi intégrer les modalités de gestion, la diversité des jeux et stratégies ainsi que les contraintes et pratiques qui – diversement et plus ou moins coproduites par les acteurs publics, sanitaires et usagers – contribuent à l’émergence de nouvelles formes d’organisation sanitaires territorialisées.

Trois séries de questions peuvent constituer les fils conducteurs des textes attendus suite à cet appel à contributions.

  1. Quels sont les effets d’une coopération et d’un décloisonnement renforcés non seulement au sein du monde sanitaire mais plus globalement entre les différentes sphères de l’action publique et de leurs modalités de territorialisation ? Quels nouveaux équilibres émergent entre les acteurs : publics et privés, publics, associatifs….? Quelles frictions ou modalités de coopération induites ?
  2. Quels sont les nouveaux découpages produits (Contrats Locaux de Santé, Ateliers Santé Ville en France, par exemple…) et les conséquences sur la dynamique des espaces sanitaires, certes en interne, mais aussi vis-à-vis des espaces non intégrés à ces nouveaux dispositifs et découpages?
  3. Quels enseignements et quelles réflexions peut-on tirer des expériences dans d’autres pays du point de vue de l’avancée de la décentralisation, des niveaux d’action des pouvoirs et des évolutions des systèmes de santé ? Quelles tendances communes au sein des transformations en cours dans les différents pays peuvent être éventuellement identifiées?

Les études portant sur les pays européens sont particulièrement attendues dans l’optique de constituer un corpus de textes permettant une lecture comparée des systèmes de santé et plus particulièrement des différents choix opérés en matière de décentralisation et de territorialisation. Toutefois, des éclairages internationaux comparatifs ou complémentaires peuvent être pertinents. Une mise en perspective de l’articulation du système de santé et de sa déclinaison territoriale avec les autres sphères de l’action publique serait également intéressante. Les articles plus théoriques et conceptuels, ainsi que les réflexions critiques sur les concepts de territorialisation, de déconcentration et de décentralisation en santé sont également attendus.

Les déclarations d’intention sont à envoyer pour le 15 avril et les articles devront être soumis avant le 30 juin 2016 à cette adresse : contact.rfst@gmail.com

Les textes doivent être rédigés en Français (8000 mots) et comporter IMPERATIVEMENT un résumé long en anglais (1000 à 1500 mots) assorti d’une illustration elle aussi traduite en anglais (carte, photo, tableau ou graphique…) ceci afin d’offrir une visibilité internationale à nos travaux francophones.

Merci de vous référer aux consignes de la revue accessibles ici : http://rfst.hypotheses.org/soumettre-un-article

Pour vos contributions et questions, les responsables de ce dossier thématique sont :

Catherine Mangeney (Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile de France) : Catherine.Mangeney@iau-idf.fr

Véronique Lucas (IRDES) : Lucas@irdes.fr

Emmanuel Eliot (Université de Rouen) : emmanuel.eliot@univ-rouen.fr

Comment publier ?

La revue francophone sur la santé et les territoires est un espace de publication en ligne, interdisciplinaire, ouvert aux travaux scientifiques portant sur la dimension spatiale de la santé et, inversement, sur la dimension “santé” des territoires. Les articles publiés sont soumis à un processus d’évaluation par des relecteurs anonymes et à un arbitrage du comité de rédaction composé de scientifiques reconnus des sciences sociales de la santé. Les textes d’un format de 5000 à 6000 mots  sont publiés en Français, accompagnés d’un résumé long (800 à 1000 mots) en anglais. Cartes et figures au format Jpeg (couleur ou noir et blanc) sont acceptées.

La revue abrite également des numéros thématiques et une rubrique “ateliers et séminaires” dans laquelle peuvent être publié des comptes rendus de conférences ou de journées de rencontres avec un processus de validation avant publication assoupli (simple avis du comité de rédaction). Les appels à contributions sont consultables ici

Les contributions attendues doivent être représentatives des préoccupations actuelles en matière de santé dans les territoires, tant dans les thèmes et problématiques traitées que dans les outils et méthodes utilisés. Les articles empiriques aussi bien que les articles plus théoriques, méthodologiques ou épistémologiques seront examinés avec la même attention.

Pour soumettre vos propositions, ou pour toute question veuillez utiliser cette adresse : contact.rfst@gmail.com

Les instructions pour soumettre votre article sont consultables ici : http://rfst.hypotheses.org/soumettre-un-article

Appel à articles thématique : tourisme et santé

Tourisme, mobilités et santé : un lien originel d’actualité

Si l’on considère que le tourisme est « un système d’acteurs de pratiques et de lieux qui permet à chaque individu d’aller vivre temporairement ailleurs pour assurer sa recréation, alors on voit le lien qui peut exister avec la santé. En effet, faire du tourisme une activité récréative au sens de « moment de récréation » au sens où l’on peut jouer, se reposer… mais aussi « moment de reconstitution du corps et de l’esprit » (Knafou et al., 1997). Cela signifie qu’être touriste, c’est « se faire du bien ».

L’observation historique du développement touristique nourrit cette première idée car le tourisme est né d’une double logique : la découverte dans sa filiation au Grand Tour, et le thérapeutique dans sa filiation au thermal. Mais il y a apporté aussi ses propres logiques et innovations avec le bain de mer et les cures de soleil dès le 19ème siècle. Il y a un lien originel entre tourisme et santé. Cette relation a évolué au fil du temps et l’avènement des trois S (Sea, San and Sun) dans les années 1920 montrent un tournant où l’hédonisme prend le pas sur le thérapeutique (MIT, 2005) en « marginalisant » l’activité thermale dans son acception de « cure » et en valorisant davantage la notion de « bien-être » et de plaisir du corps : une eau chaude, un corps bronzé, un corps étendu sur une plage de sable. Pourtant, les années 1950-1970 ont été également l’âge d’or des sanatoriums et des maisons d’enfants qui ont contribué très largement à la renommée de certaines régions comme le Massif Central et certaines vallées des Alpes du nord en France (Plateau d’Assy par exemple).

Aujourd’hui la relation santé/tourisme est à nouveau interrogée par différentes dynamiques qui interrogent les liens qui peuvent de nouer/renouer dans la société mondiale contemporaine. D’une part, depuis une trentaine d’années, le développement de l’idée de « bien-être » est venue nourrir le catalogue des produits/séjours touristiques proposés aux personnes. Ici les maîtres-mots sont la thalassothérapie, les « spa » construisant une offre de soins et de services dont l’implantation est globale et concernent de très nombreux lieux touristiques en complément leur offre ou d’autres en redynamisant leur équipement par la reconstruction/rénovation/agrandissement des établissements thermaux ; d’autre part, cette relation entre santé et tourisme connaît depuis les années 1990 de profondes évolutions en lien avec les besoins de santé grandissants des individus (vieillissement de la population, médicalisation accrue de la société, évolution du tableau épidémiologique), les évolutions sociales et juridiques (standards esthétiques, contournement des lois nationales comme dans le cas de la Procréation Médicalement Assistée ou la thérapie cellulaire) et les stratégies de développement de certains territoires (marketing territorial, exploitation du potentiel thérapeutique d’espaces touristiques, instrumentalisation de pratiques culturelles comme le tourisme religieux).

L’évolution de l’offre de soin dans les territoires (au niveau national mais surtout international) et des pratiques thérapeutiques individuelles, ce que l’on appelle de manière courante mais abusive le « tourisme de santé » ou « tourisme médical » (Chasles, 2012), interrogent donc de manière très originale les liens entre « santé » et « tourisme. De nombreux travaux ont déjà montré le développement de ces produits et pratiques avec une explication très intéressante des logiques inhérentes à ces mobilités. Tout cela interroge non seulement sur l’évolution mondiale des offres de soins (préventives et curatives) mais également interpellent sur les destinations touristiques dans la mesure où de plus en plus de stations touristiques deviennent des lieux de convalescence pour les personnes ayant subi des interventions chirurgicales sérieuses voire lourdes, permettant ainsi un fonctionnement annuel de lieux marqués par la saisonnalité, forte parfois. Tout cela n’est pas sans conséquence sur les sociétés locales dans leur accès à certains équipements et soins, produisant ainsi peut-être « un cercle vertueux ».

L’appel à texte que nous proposons, vise à interroger cette relation historique et contemporaine entre « tourisme » et « santé », avec une extension aux mobilités dérivées de cette relation pour montrer à la fois les mécaniques, les évolutions et les nouveautés de ce lien. L’approche est fondamentalement très ouverte et vise à faire émerger des points de vue originaux et novateurs sur des terrains et des contextes variés.

Les textes sont attendus pour le 29/01/2016

Virginie Chasles et Philippe Duhamel

 

Bibliographie : Certaines références peuvent être enlevées et d’autres ajoutées

Anand R., Gupta S. – Medical Tourism, a growth industry, IFCAI University Press, 2008.

Bookman M.Z., Bookman K.R. – Medical tourism in developing countries, Palgrave Macmillan Publishers, 2007.

Bose J., Sumathi B. – Medical tourism, perspectives and specific country experiences, IFCAI University Press, 2008.

Chasles V. – Se déplacer pour se faire soigner : une mobilité en expansion, généralement appelée « tourisme médical », in Géoconfluences, février 2012.

Connell J. – Contemporary medical tourism: conceptualisation, culture and commodification, in Tourism Management, volume 34, February 2013, pp. 1-13.

Connell J. – « Medical tourism: sea, sun, sand and … surgery », in Tourism Management, n° 27, pp. 1093-1100, 2006.

Duhamel P. – Tourisme et temps long. Pour une généalogie des lieux touristiques. Le cas français mis en perspective. Université d’Angers, Habilitation à Diriger des Recherches, 2008.

Équipe MIT – Tourismes 1. Lieux communs, Belin, coll. Mappemonde, 2002, rééd. 2008.

Équipe MIT – Tourismes 2. Moments de lieux, Belin, coll. Mappemonde, 2005.

Équipe MIT – Tourismes 3. La Révolution durable, Belin, coll. Mappemonde, 2011.

Gesler W. M. – Bath’s reputation as a healing place. In Kearns R. and Gesler W. (eds), Putting health into places: Landscape, Identity and Well-Being, Syracuse University Press. Chapter 2, pp. 17-35, 1998.

Gesler W. M. – « Lourdes: healing in a place of pilgrimage », in Health and Place, volume 2, issue 2, pp. 95-105, juin 1996.

Heng Leng C. – Medical Tourism in Malaysia : International Movement of Healthcare Consumers and the Commodification of Healthcare, Asia Research Institute, Working Paper Series n° 83, janvier 2007.

Knafou R., Bruston M., Deprest F., Duhamel P., Gay J.-C. et Sacareau I. – “Une approche géographique du tourisme”, l’Espace géographique, n° 3, pp. 193-204, 1997.

Le Borgne C. – « Le tourisme médical : une nouvelle façon de se soigner », in Sève 2007/2, n°15, pp. 47-53.

Lunt N. & Horsfall D., Medical tourism, in Encyclopedia of Health Economics, 2014, pp. 263-270.

Mac Ready N. – « Developing countries court medical tourists », in Lancet, n° 369, pp. 1849-1850, 2007.

Oppenheimer A. – « Tourisme médical, vos patients sont les bienvenus », in Courrier International, n° 900, 2008.

Pruthi R. – Medical tourism in India, Arise Publishers, New Delhi, 2006.

Rajagopalan S. – Health tourism, an introduction, IFCAI University Press, 2006.

Singh P. K. – Medical tourism, global outlook and Indian scenario, Kanishka publishers, 2008.

Stephano R. M. – « First Patient Surveys on Medical Tourism », in Medical Tourism Magazine, Issue 10, pp. 34-36., mai-juin 2009.

Wolfe S.M. (dir.), « Patients without borders: the emergence of medical tourism », in Health Letter, Public Citizen Health Research Group, volume 22, n° 7, pp. 1-3, juillet 2006.

 

Soumettre un article :

Les propositions de communications devront être envoyées au plus tard le 29 janvier 2016

Les consignes aux auteurs sont disponibles à l’adresse suivante : http://rfst.hypotheses.org/soumettre-un-article

Vos contributions et/ou toute demande de renseignements sont à adresser à : virginie.chasles@univ-lyon3.fr ou philippe.duhamel@univ-angers.fr

Appel à articles thématique : Genre, Territoire et santé

Appel à articles du 1er numéro thématique de la RFST

 

Pour ce premier numéro thématique, nous souhaitons interroger les liens entre genre, territoires et santé. De plus en plus de travaux de géographes ou de sociologues montrent l’importance des inégalités entre hommes et femmes, en termes d’occupation ou d’appropriation des espaces et d’accès aux pouvoirs et aux ressources. Les inégalités de santé entre hommes et femmes, que ce soit de mortalité, de morbidité ou plus généralement de représentations et de comportements en lien avec la santé, sont elles aussi documentées par de nombreuses recherches. Cependant, en France, peu d’études interrogent l’articulation entre  constructions sociales, rapports de genre et dynamiques territoriales participant aux inégalités de santé. Ce constat a été à l’origine de l’organisation d’une journée de séminaire pluridisciplinaire en janvier 2014, donnant aujourd’hui lieu à cet appel à articles du premier numéro thématique de la RFST. Celui-ci vise à poursuivre une réflexion collective et pluridisciplinaire autour d’une nouvelle approche  pour les sciences sociales et la santé publique en France.

 

Comment le territoire, le genre et la santé interagissent-ils ? Quels sont les mécanismes et processus à l’œuvre dans ces interactions et quelles formes prennent-elles ? Quels axes de recherche peuvent être développés dans cette perspective ? Quelles méthodes solliciter pour cerner la diversité des contours de ces concepts mis en lien? La mobilisation de plusieurs disciplines (géographie, sociologie, histoire, épidémiologie) permettra d’apporter un regard pluriel sur l’articulation entre les territoires, le genre et la santé.

 

Les articles de cadrage théorique articulant les notions de genre, territoire et santé sont les bienvenus, comme ceux relevant des 3 thèmes plus spécifiques – mais non exhaustifs – ci-dessous.

 

 – Représentations masculines et féminines des territoires en lien avec la santé

Chargé de repères et de symboles, de système de valeurs et de sens, le territoire est un cadre pour la construction de l’identité des individus, et influence leurs pratiques dans tous les domaines de leur existence. Or, dans quelle mesure peut-on parler de  représentations masculines et féminines des territoires ? En centrant l’articulation de ce questionnement autour du domaine de la santé, on peut alors se demander si cette diversité d’appréciation des espaces influence les comportements de santé de chacun et chacune, ainsi que les comportements des professionnel(le)s de santé.

 

– Environnement de vie : le territoire comme support de la santé des hommes et des femmes

Le territoire et la pratique qu’en ont les individus agissent-ils de la même manière sur la santé des hommes et des femmes ? Dans quelle mesure, les caractéristiques des lieux de vie (quartier de résidence, espaces pratiqués dans le cadre du travail, des loisirs, etc.) influent-elles et participent-elles aux habitudes et aux comportements des femmes et des hommes en lien avec leur santé ?

 

– Mobilités, accessibilité et recours aux soins : des pratiques spatiales féminines et masculines ?

Comment se caractérisent les mobilités liées à la santé des hommes et des femmes dans les espaces urbains et ruraux ? Existe-t-il une accessibilité différenciée aux équipements de santé, et des recours aux soins distincts entre hommes et femmes ? Enfin, comment la consommation des soins de santé peut-elle être appréhendée à travers les notions d’accessibilité (physique, financière, temporelle, sociale, culturelle) et de genre?

 

Les textes d’un format de 5000 à 6000 mots sont publiés en français, accompagnés d’un résumé court (150 mots) en français et d’un résumé long (800 à 1000 mots) en anglais. Les cartes et figures au format Jpeg (couleur ou noir et blanc) sont acceptées. Les consignes aux auteurs sont consultables à cette URL: http://rfst.hypotheses.org/soumettre-un-article

La date limite de soumission d’un texte pour cette parution thématique est le 16 novembre 2014.

Pour soumettre vos propositions, ou pour toute question, veuillez utiliser cette adresse : contact.rfst@gmail.com

 

Ce numéro est  coordonné par Audrey Bochaton (Université Paris Ouest Nanterre la Défense, UMR Mosaïques LAVUE), Emmanuelle Faure (Université Paris Ouest Nanterre la Défense,  UMR Mosaïques LAVUE), Clélia Gasquet-Blanchard (EHESP-Sorbonne Paris Cité, UMR 6590 ESO), Sandrine Halfen (Observatoire régional de santé d’Île-de-France), Alice Denoyel (Université Lyon 3).

 

La revue publie, au gré des opportunités, des dossiers thématiques coordonnés par un ou plusieurs auteurs. Si vous souhaitez proposer un dossier thématique, merci d’écrire à l’adresse suivante en tenant compte de ces quelques consignes :

– Le(s) coordonnateur(s) du dossier a en charge la rédaction d’un éditorial et la sélection des textes proposés au dossier. Ces textes sont soumis au processus d’évaluation anonyme et en cas de refus, l’avis des évaluateurs prime sur celui de l’instigateur du dossier

– Les dossiers thématiques sont limités à 8 textes (éditorial non inclus) du même format que les articles varia.

– La proposition de dossier est adressée par mail à contact.rfst@gmail.com

– Les consignes habituelles aux auteurs s’appliquent.

– Rédacteur en chef : Sébastien Fleuret

– Secrétariat de rédaction : Noémie Lebrun

– Comité éditorial et scientifique : Antoine Bailly (Université de Genève, Suisse) ; Marie-Soleil Cloutier (INRS, Canada) ; Magali Coldefy (IRDES, France) ; Emmanuel Eliot (Université de Rouen, France) ; Sébastien Fleuret (CNRS ESO-Angers, France) ; Clélia Gasquet (EHESP, France) ; Philippe Gerber (CEPS/INSTEAD, Luxembourg) ; Pascal Handschumacher (Université de Strasbourg); Anne-Cécile Hoyez (CNRS ESO-Rennes, France) ; Véronique Lucas-Gabrielli (IREDES, France) ; Audrey Bochaton (Université Paris Ouest Nanterre, France) ;  Mathieu Philibert (Uqam, Montréal) ; François Taglioni (Université de la Réunion, France) ; Céline Tschirart (Royal Holloway Londres, Royaume Uni) ; Julie Vallée (CNRS Geographie-cités, France);

– La liste des évaluateurs sollicités est publiée en fin d’année

 

1er appel à contributions

1er appel à articles

 

La revue francophone sur la santé et les territoires est un espace de publication en ligne, interdisciplinaire, ouvert aux travaux scientifiques portant sur la dimension spatiale de la santé et, inversement, sur la dimension “santé” des territoires. Les articles publiés sont soumis à un processus d’évaluation par des relecteurs anonymes et à un arbitrage du comité de rédaction composé de scientifiques reconnus des sciences sociales de la santé. Les textes d’un format de 5000 à 6000 mots  sont publiés en Français, accompagnés d’un résumé long (800 à 1000 mots) en anglais. Cartes et figures au format Jpeg (couleur ou noir et blanc) sont acceptées.

La revue abrite également des numéros thématiques et une rubrique “ateliers et séminaires” dans laquelle peuvent être publié des comptes rendus de conférences ou de journées de rencontres avec un processus de validation avant publication assoupli (simple avis du comité de rédaction).

Ce premier appel à contribution vise à alimenter la première parution, la date limite pour soumettre un texte pour cette  parution de lancement est étendue au 21 octobre 2014.

Les contributions attendues doivent être représentatives des préoccupations actuelles en matière de santé dans les territoires, tant dans les thèmes et problématiques traitées que dans les outils et méthodes utilisés. Les articles empiriques aussi bien que les articles plus théoriques, méthodologiques ou épistémologiques seront examinés avec la même attention.

Pour soumettre vos propositions, ou pour toute question veuillez utiliser cette adresse : contact.rfst@gmail.com

Les instructions pour soumettre votre article sont consultables ici : http://rfst.hypotheses.org/soumettre-un-article